Analyse artistique
Par Alexis Lapointe – Écrivain
________________________________________________________________________________
Dans le clin d’œil d’une scène ayant pour thème la nature dans tout son mouvement, une ouverture se crée vers un univers vibrant de réflexionsémergeant sous le pinceau de Valérie Servant. À l’aquarelle, dans le risque du pigment se saisissant des sensations traversant le sujet, s’esquisse une autre dimension en arrière-plan de l’œuvre. Au détour de paysages laissant la faune et la flore devenir la chorégraphie d’une recherche de sens, l’artiste tend en filigrane le miroir à l’être humain. Dans cette profusion d’effets inattendus, se manifestent autant d’allusions à nos vies et à leurs enjeux inconscients.

L’œuvre de l’artiste nous convie à un va-et-vient entre l’instant présent et l’inconscient. Un lien se tisse jusqu’à cette voix intime que chacun porte en soi et que les scènes ici représentées symbolisent subtilement, nous amenant à un autre seuil de conscience. Exemple marquant, il s’agit d’une démarche de recherche de sens qui constitue le cœur de ces interactions dont elle dresse le portrait dans sa série « Les fous de Bassan ». Une profondeur et une délicatesse se mêlant à un brin d’humour, faisant le propre de la signature de l’artiste.

Un autre niveau de pensée et d’émotion surgit aussi grâce àla magie de l’aquarelle. Défi qu’elle relève volontiers dans une prestidigitation exceptionnelle et alors qu’on retient son souffle, l’intuition laisse l’équilibre prendre place dans une harmonie ou un vertige. De nouvelles perspectives se font jour, dans les jeux de la transparence et de la lumière transportant notre regard.

Alors que le vent, la mer et les oiseaux se tendent à nous comme autant de signes à la fois étranges et familiers, ils deviennent de véritables messagers. On entre avec plaisir dans ces visions que l’artiste déploie, à travers l’éclair d’une provocation menant à une prise de conscience. La parade des animaux devient une métaphore et parfois une parodie. Survenant là où on ne l’attend pas, la tendresse autant que la savoureuse hardiesse de la gestuelle d’ensemble nous permet d’aller à la rencontre d’un horizon de beauté.

Les trajectoires se croisant ici renvoient à la nôtre, ayant comme fil conducteur un lien d’éveil, dans un sourire de liberté.